7fa2bde8d2837784a847f8201686b257757a749f

Brit­ney Spears revient sur la période sombre de sa vie 10 ans après son pétage de plomb.

En 2007, Brit­ney Spears choquait la planète entière en se rasant la tête en public. Dix ans après ce craquage, la chan­teuse revient sur cette diffi­cile période de sa vie.

Il y a dix ans de cela, dans un salon de coif­fure améri­cain, devant une myriade de photo­graphes, Brit­ney Spears commet­tait l’ir­ré­pa­rable en empoi­gnant une tondeuse et en se rasant l’in­té­gra­lité du crâne. Un acte de déses­poir pour la chan­teuse qui luttait – à l’époque – contre plusieurs addic­tions et était très fragile psycho­lo­gique­ment.

De cette sombre période, Brit­ney Spears n’a jamais parlé. De retour depuis quelques années avec un show à Las Vegas, maman de deux petits garçons qu’elle ne cesse d’ado­rer sur les réseaux sociaux, l’in­ter­prète de Baby one more time a aujourd’­hui trente-cinq ans et la tête sur les épaules. À l’oc­ca­sion de son concert à Tel Aviv le 3 juillet prochain, Brit­ney a accordé une longue inter­view au jour­nal Yediot Ahro­not dans laquelle elle évoque son pétage de plombs. « Tout ce succès me dépas­sait, avoue-t-elle. Il est diffi­cile de comprendre son impact. Chaque jeune artiste doit comprendre qu’il faut être équi­li­bré pour rester dans cette indus­trie et pour gérer sa vie person­nelle. Parfois, c’est très diffi­cile. À l’époque, je ne savais pas toujours ce qui était bon ou mauvais.»

Lors de sa sortie de route en 2007, Brit­ney Spears révèle qu’elle était au plus mal. « Trop de gens ont contrôlé ma vie et je ne me sentais jamais moi-même, ajoute-t-elle. J’étais perdue et je ne savais plus quoi faire. J’es­sayais de faire plai­sir à tout le monde, car c’est dans mon carac­tère. Il y a des moments où je regarde en arrière et je me dis: « Mais pourquoi j’ai fait ça ? » J’ai dû prendre du temps pour moi, faire des pauses, afin de soigner ma santé mentale. »

Aujourd’­hui, libé­rée, Brit­ney a décidé d’al­ler de l’avant : « Je suis bien dans ma vie, conclut-elle. Mes enfants ont façonné ma person­na­lité et me remplissent de bonheur. Grâce à eux, je ne m’inquiète plus de ce qui va m’ar­ri­ver. »

Source: www.voici.fr

Partager avec: