« Black is King » : le nouveau projet de Beyoncé

Chaque nouveauté de Beyoncé est un événement. Ce vendredi 31 juillet ne déroge pas à la règle.

Disponible depuis ce matin sur la plateforme de streaming Disney+, le film musical très attendu de l’interprète de “Crazy in Love”, “Black is King”, connaît déjà un succès retentissant.

Réalisé, écrit et produit par la chanteuse, le long-métrage présenté comme un “album visuel” est une adaptation en images de l’album “The Lion King: The Gift”, sorti il y a un an. Son histoire, c’est celle d’un petit garçon à la recherche de sa couronne, guidé par les conseils de son père.

De l’esthétique des costumes aux décors, en passant par des chorégraphies dignes des meilleurs clips de l’ancienne Destiny’s Child, le film est une claque visuelle. Il est parsemé de messages honorant les populations noires, leurs racines, leurs cultures, et d’allusions au racisme et à la colonisation.

Au casting, Beyoncé elle-même, mais aussi son ancienne partenaire sur scène Kelly Rowland, la mannequin Naomi Campbell, l’actrice Lupita Nyong’o, Jay-Z, Pharell Williams. Et surtout, Blue Ivy. La fillette de 8 ans apparaît à de nombreuses reprises dans le film de sa mère.

Un hommage à la culture noire
En juillet 2019, Beyoncé donnait sa voix à Nala, dans la version américaine du remake du Roi Lion. Le film a été un véritable succès au box office et la chanteuse n’hésite pas à se réapproprier ce classique Disney dans Black is King.

Tout commence par la naissance de Simba, dans le désert africain. « Let black be the synonym of glory » (« laissez le noir être synonyme de gloire »), affirme la chanteuse. Black is King est l’histoire d’un jeune souverain guidé par ses ancêtres et de son parcours initiatique entre amour et trahison.

Une claque visuelle
Dans cet album visuel, une attention toute particulière est accordée aux décors. Le film a été tourné à New-York, en Afrique du Sud, en Afrique de l’Ouest, à Londres, Los Angeles et même en Belgique. Les atmosphères se mélangent entre minimalisme et explosion de couleurs : le désert africain, les rues de New-York, un palais aux murs blancs, une maison résidentielle XXL…

Certains plans ressemblent à des véritables peintures tant ils resplendissent de beauté. Comme le présageait déjà le clip de Spirit, sorti l’été dernier, l’esthétique de Black is King est soignée.

Source : www.francetvinfo.fr & www.huffingtonpost.fr

Partager avec: